Imprimer

 

Les territoires doivent passer à l’action, alerte le Haut conseil pour le climat

Dans son rapport 2022 « Dépasser les constats ; mettre en œuvre les solutions », remis mercredi 29 juin à la Première ministre le Haut conseil pour le climat estime « qu’en l’état, la France n’est pas prête à faire face aux évolutions climatiques à venir ». Il s’inquiète d’un décalage persistant entre les objectifs affichés et leur mise en œuvre.

Changement climatique

Dans son rapport 2022, le Haut conseil pour le climat (HCC) estime que « la réponse de la France au réchauffement climatique progresse, mais reste insuffisante ». Et l’organisme regrette que « les politiques d’adaptation souffrent d’un manque d’objectifs stratégiques, de moyens et de suivi ».

 

Des baisses d’émissions de CO2 à confirmer, transports et agriculture en retard

Au rayon des points positifs, le HCC salue le fait que « tous les grands secteurs émetteurs connaissent désormais une baisse de leurs émissions » de gaz à effet de serre. Elle est « bien établie et structurelle » dans le bâtiment, l’industrie et l’énergie. Mais elle « reste à confirmer » dans les transports et l’agriculture. Et surtout, elle demeure trop faible au regard des objectifs.

C’est d’autant plus problématique que ces objectifs devront être rehaussés, en raison de la loi européenne sur le climat adoptée en juillet 2021, et plus encore lorsque le paquet européen dit « Ajustement à l’objectif 55 » (ou Fit for 55) sera définitivement approuvé. Les Vingt-Sept ont franchi un pas de plus dans cette voie en trouvant un accord, dans la nuit de mardi à mercredi 29 juin.

 

Recul du trait de côte et îlot de chaleur

Aussi le HCC émet-t-il une quinzaine de recommandations. Certaines concernent directement les territoires, car ceux-ci sont déjà directement affectés par le dérèglement climatique. Ainsi, l’ensemble des 29 départements littoraux sont touchés par le recul du trait de côte. Des métropoles, telles Paris, Lille, Lyon, Bordeaux et Toulouse, subissent de plus en plus le phénomène d’îlot de chaleur urbain, recense le rapport.

 

Les actions locales sont très insuffisantes

Les auteurs relèvent qu’au niveau local, « les horizons temporels » envisagés dans les politiques de lutte contre le changement climatique « ne correspondent pas à (son) intensification, ses impacts et ses risques ».

Il faut accélérer la prise de conscience des élus locaux et de leurs services, « pour qu’ils soient outillés et armés dans les domaines où ils ont la main ». Y compris l’éducation, les cantines ou encore le tourisme. Le rapport suggère donc de « renforcer les dispositifs de formation sur la transition écologique ».

 

Situation inégale des collectivités locales

Le document souligne un manque de coordination entre l’Etat et les échelons territoriaux, « tout comme entre les actions régionales » elles-mêmes. Il observe un déséquilibre entre des collectivités « déjà dotées de capacités d’ingénierie (qui) captent ainsi plus aisément les dispositifs d’aide et d’accompagnement » de l’Etat et, « à l’opposé, des territoires faiblement dotés, notamment ruraux, souvent en manque de moyens pour mettre en œuvre » des mesures efficaces contre le changement climatique.

Les Contrats de relance et de Transition écologique (CRTE) trouvent grâce aux yeux du HCC, en raison de leur caractère « intégrateur des dispositifs d’accompagnement de l’Etat à destination des collectivités », que la thématique soit l’écologie, la démographie, le numérique ou encore l’économie.

 

Exemples d’initiatives globales

Le HCC apprécie les initiatives locales visant à embrasser le sujet climatique dans un même ensemble. Le Haut conseil breton pour le climat (HCBC) en est une illustration récente. Le Groupe interdisciplinaire sur les évolutions du climat (GIEC) en Pays de la Loire, qui a publié son premier rapport le 24 juin, est un autre exemple. « La mise en place de telles structures ne garantit toutefois pas un suivi avec de l’action derrière », tempère le HCC.

Tel est bien le message que le HCC entend faire passer aux décideurs publics, à tous les échelons : ne pas se contenter d’afficher des intentions et des ambitions, mais « mettre en œuvre les solutions ».

 

L'intégralité du rapport