Dernière Vidéo : le timelapse de la construction de la déchetterie de Saulnières ICI

Première rencontre du projet E&L2036 le samedi 6 juillet 14h30 Inscription et information via mail à contact@ecologie28.fr

 

Nucléaire : au secours, danger !

Edito du 14 mars 2023

Le projet de loi d’accélération du nucléaire est censé faciliter la construction de six nouveaux réacteurs et la prolongation du parc existant (au-delà de 60 ans contre 40 ans au maximum actuellement). Il avait été présenté comme une loi technique de simplification administrative. Les sénateurs lui ont donné un caractère plus politique, en y introduisant un plancher de 50 % de nucléaire dans le mix électrique. Un amendement du gouvernement, adopté en commission des affaires économiques, a supprimé ce seuil et renvoyé la question à la loi de programmation énergie climat, qui devrait être discutée cet été. Mais dans l’article 1er figure toujours le projet de construction de quatorze nouveaux réacteurs.

 

Le dossier des retraites et l'écologie

Edito du 21 janvier 2023

La France a besoin d’apaisement après les années Covid et les conséquences de la guerre en Ukraine. C’est pourtant le moment choisi par le gouvernement pour déclencher un conflit social de grande ampleur sur les retraites, alors que la majorité des français y compris sont électorat son contre

Pour les écologistes, le gouvernement devrait se concentrer sur ce qui est vital pour notre pays, la transition écologique, et ne pas se disperser en de vains combats, contre les français alors que des solutions simples existent pour garder l’équilibre des régimes de retraites. Avant de les présenter, notons quelques raisons liées à l’écologie de se prononcer contre ce projet.

 

Ecologie28 vous présente ses meilleurs vœux pour 2023

édito du 2 janvier 2023

 

L’année 2022 a démontré, à la très grande majorité des français, ce qu’était le dérèglement climatique. Même les plus bornés des climato-sceptiques ont du se rendre à l’évidence : le climat a été déréglé par l’homme. A court et moyen terme la situation ne peut qu’empirer, c’est pourquoi il faut protéger nos concitoyens dès maintenant. A plus long terme on peut encore stabiliser la situation si on s’engage résolument dans la lutte contre le dérèglement climatique.

 

Pivoter en 2023

Lorsque on est dans une impasse, il faut pivoter pour prendre une autre direction et changer. En matière climatique on connaît la bonne voie et tout ce qu’il y a affaire pour éviter d’aggraver la situation. Les solutions existent, il suffit de les appliquer. Il suffit de vouloir, et en matière de politiques publiques, avoir des responsables, des élus, qui à tous les échelons agissent. Mais s’ils ne se bougent pas c’est aux citoyens de se mobiliser et de les pousser à agir parce qu’au final c’est nous, nos enfants, nos petits-enfants qui payent le prix de l’inaction climatique.

 

Adaptation et/ou atténuation

édito du 27 novembre 2022

La question de l’adaptation à la hausse des températures est cruciale. Mais s’adapter impose de changer de point de vue. Et ce n’est pas simple… Peut-on s’adapter ? Faut-il l’atténuer et est-ce possible ?

 

La question de la hausse des températures liée au dérèglement climatique est cruciale. Et surtout inévitable. Certains estiment que l’atténuation, qui regroupe les actions visant à atténuer l’ampleur du réchauffement mondial d’origine humaine par la réduction des émissions de gaz à effet de serre est possible. Un nouvel avatar du productivisme responsable du dérèglement climatique ? Une chimère pour éviter d’agir ici et maintenant ?

 

En fait l’adaptation est l’action principale face à l'inéluctabilité du dérèglement climatique. Mais il ne faut pas négliger l’atténuation. Prenons l’exemple de l’artificialisation des sols.

 

 

Ambiances d'automne

édito du 24 octobre 2022

 

Le spectacle lamentable de l'agitation politicienne française, 49.3 et motions de censure pour un résultat couru d'avance n'est plus guère suivi par les français, sûrement plus occupés à trouver de l'essence et à boucler leurs fin de mois.

La Gauche continue de s'enfoncer, minée par la bêtise de ses dirigeants  : de manifs en pseudo front populaire (illustrant la célèbre maxime de Karl Marx au sujet de l'histoire : "« La première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce »", pour faire oublier - pour certains - leurs turpitudes et leurs mépris des femmes et de l'égalité des genres.

La Droite est inexistante, et d'ailleurs pourquoi devrait-elle bouger puisque le gouvernement applique son programme ? Elle survit dans les territoires profitant du manque d'appétence des français pour la politique locale et faisant croire qu'elle agit alors que souvent elle ne sait même pas gérer correctement.

L'extrême droite essaie de faire oublier sa dévotion aux dictateurs, de Poutine à Assad, en mettant en exergue le moindre fait divers tragique qui illustrerait le "grand remplacement",  fantasme dominant dans son imaginaire. Surtout ne pas bouger et ne pas montrer son incompétence et qui sait le train de l'histoire passera peut-être.

 

Urbanisme : il est temps de pivoter de 180 degrés

édito du 16 septembre 2022

 

Dans la vie des entreprises comme des organisations, lorsque trop d'obstacles ou une impossibilité majeure empêchent la mission ou la poursuite des objectifs, il faut alors pivoter, c'est à dire changer de stratégie voire d'objectifs, ou disparaitre. Les plus agiles survivent, les autres meurent. C'est l'application d'une vieille loi de la nature, mise en évidence par Darwin : l'adaptation permanente à son environnement est la clé de la survie.

Il en est de même dans la vie publique, même si les rythmes y sont plus long. Assurez la survie de nos territoires, et le bien être de ses habitants, supposent aujourd'hui d'y lutter contre le dérèglement climatique et de savoir en protéger nos concitoyens. C'est la priorité n°1, celle de notre survie en tant qu'espèce mais aussi plus prosaïquement d'assurer l'adaptation de nos activités, de notre vie quotidienne à ce risque majeur. Les changements climatiques que nous avons mis en oeuvre depuis 150 ans par l'agriculture, l'industrialisation, l'utilisation massive des hydrocarbures et du charbon vont continuer voire s'aggraver.

 

Écologie, la preuve par les marronniers

édito du 27 août 2022

L’affaire des trois marronniers, boulevard de la Courtille à Chartres (cf. ici), visés par un abattage à la demande d’un promoteur immobilier soutenu par la municipalité de Chartres, célèbre pour son climato-scepticisme, a connu un rebondissement le vendredi 26 août, avec l’annonce d’un référé suspensif d’urgence qui gèle les procédures pendant quelques jours le temps que le tribunal administratif d'Orléans prenne une décision. En attendant la mobilisation continue.

 

Page 3 sur 4